Fabrication d'un cache micro bois

Fabrication d'un cache micro bois

- Catégories : Usinage
star
star
star
star
star

Qu'est-ce qu'un cache micro de guitare:

Comme son nom l'indique, cette petite pièce, le plus souvent concue en plastique type ABS, sert de protection pour les micros guitare. Mais au-delà de la protection, elle agit plus favorablement à un but esthétique.

Généralement thermoformée, elle existe en une multitude de couleur. Evidemment dans le monde de la guitare, son mode de prédominance est le noir et le blanc quoique maintenant il en existe en chrome or et miroir que je trouve magnifique.

Ci-dessus un cache de type micro simple, sans trous pour les plots, en ABS.

Il faut bien savoir et vous le savez tous, que la plupart des fabricants de micros installent préalablement leurs caches respectif. Du moins, dans la majorité des cas, mais alors me direz-vous, quelle intérêt ai-je, à fabriquer de telle pièce ?

La réponse est clair: Aucun, si ce n'est de pouvoir apporter une nouvelle fois, une contribution supplémentaire, voir complémentaire, à l'offre déjà existante.

Allez, assez tergiversé, au boulot !

Les premiers pas

Pour commencer, il faut connaitre les dimensions du cache.

Deux solutions s'offre à vous:

  1. Vous connaissez les dimensions du micro que vous souhaitez couvrir
  2. Vous recopier un cache existant...

Bon, je prend la deuxième.

Rien de bien marrant à expliquer la programmation, si ce n'est qu'il faut penser évidemment, aux nombres de passe, à la vitesse d'usinage et le maintien de la pièce. Enfin la base quoi.

On peut voir que pour cet exemple, que nous opterons pour un modèle avec trous pour les plots.

Le choix de la matière 

Une fois la chose pensée et "écrite", il nous faut de la matière. Le plastique c'est fantastique, mais pour ce genre de pièce, le thermoformage fait mieux et surtout moins cher !! Donc, du bois ira très bien, plus fragile mais plus original.

Je fais donc l'acquisition d'un morceau de palissandre chez Kauffers wood, un fournisseur de bois qui fait du très bon travail, en épaisseur de 20 mm .

Usinage

Ce bois est bien sur, trop épais pour faire un cache, le surfaçage est donc de mise. Je fais alors, plusieurs passes, pour rectifier et diminuer l'épaisseur de départ. Objectif fixé à environs 15 mm

Ceci étant fait, je m'attelle au maintien du bloc de bois et lance l'usinage. Je perce en priorité les trous de ø3 qui laisserons passer les vis de fixations micro.

Ensuite, on fraise sa forme avec ses cotes attitrés. Il ne faut pas usiner avec un outil de trop grand diamètre sinon la pièce peu sortir de son logement suite à une trop grande force opposée.

Une fois l'usinage terminé, on décolle les pièces découpées. Il faudra se débarrasser du bois restant accroché à celles-ci en ponçant l'excèdent. Comme le montre la photo, quitte à en faire un, autant en faire plusieurs mais le vrai avantage de cette méthode appelée "nesting" est de pouvoir obtenir un maintien optimal pour l'usinage. Les pièces se "tiennent" mutuellement.

( Le nesting est un débit-usinage par imbrication)

Le revers de la médaille

On a fait la première face, vient le tour de la seconde.

Pour cela, il nous faut trouver un moyen pour creuser le cache sans que celui-ci ne bouge pendant l'usinage et surtout, que l'évidage de celui-ci soit bien centré.

Pas le choix, il faut créer un gabarit. Je fais au plus simple et efficace. Je trouve un morceau de MDF de 16 mm, soit presque la hauteur de notre cache, puis j'usine le dessous dans celui-ci en mode traversant. Je lui rajoute les trous de fixations pour pouvoir insérer la pièce à l'envers et le visser définitivement.

Une fois installé et vissé, on lance.

Ce genre d'usinage est comme le précédent, il faut privilégier les outils de petit diamètre. Les forces exercées sur le bois pourrait faire bouger la pièce et même le gabarit entier.

Voici le résultat obtenu. Nous avons un centrage quasi-parfait. Si vous faites attention à l'intérieur on peut voir les passages de l'outil successifs.

Gros plan sur la difficulté d'usinage si la fraise est trop grande. L'usinage sans gabarit se révèle clairement impossible tant au niveau du maintien que de la vibration engrangé. Les bords du cache ne font qu'1 mm d'épaisseur et le bois pourrait se fendiller.

Le cache est maintenant brut d'usinage, je vais le faire surfer sur un papier de grain 100, ce qui suffira à dégrossir les traces de fraisage. Bien sur, celui sui veut le vernir ou lui donner une finition plus fine pourra le faire.

Pour finir

L'avantage de ces caches est le même que ceux en plastique. Il existe pléthore de bois, donc d'innombrables possibilités de finitions. L'inconvénient reste leurs grande fragilité.

Je ne sais pas si ces capots peuvent améliorer le rendu sonore d'un micro, cela reste à voir, mais c'est sur qu'ils donneront un look plus qu'agréable. Si vous trouvez le son meilleur avec ce type de cache, partagez votre expérience en commentaires !

Cet article est maintenant terminé.

Merci de votre lecture et je vous retrouve avec grand plaisir sur Guitelec.fr

Vivien.L

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire